Le persil

Plante aromatique indissociable de la cuisine libanaise (notamment dans le houmous, le falafel et le taboulé), le persil est employé depuis fort longtemps : Charlemagne lui-même en recommandait la consommation et l’utilisation comme plante médicinale. Aujourd’hui, on le déguste surtout avec des crudités, des salades ou des potages, en bouquet garni.

Les différentes variétés du persil

On recense cinq variétés en France, et presque 80 dans toute l’Europe :

  • trois du type frisé : Nain frisé mousse, Frisé vert foncé (un peu parfumé, employé comme condiment et garniture) et Alto
  • deux du type plat : Commun 2 (très parfumé) et Géant d’Italie (très parfumé, plant très productif et récolte aisée)
  • et enfin un du type tubéreux

La culture du persil

Le semis / La plantation

Le persil fait partie de la grande famille des apiacées, qui comprend également l’aneth, la carotte, le céleri (branche et rave), le cerfeuil, le fenouil et le panais. Afin d’éviter que d’éventuels parasites ou maladies spécifiques ne restent dans la terre d’une année sur l’autre et n’attaquent des végétaux de la même famille, il faut bien veiller à ne pas installer ces plantes sur la même parcelle durant 3 ans.

Trouvez-lui un petit emplacement où il ne recevra pas trop de rayons solaires durant la journée. Le persil peut mesurer jusqu’à 40 cm, prenez garde à ce que son ombre ne dérange pas ses voisins. Si vous souhaitez suivre le calendrier lunaire, préférez la lune descendante et les jours feuilles pour semer le persil.

Si vous avez plusieurs emplacements disponibles et adaptés, vous pouvez opter pour un dont le voisin est abrite une tomate ou une asperge. En effet, la proximité de ces légumes avec cet aromate est considérée comme bénéfique, bien qu’aucune étude ne l’ait démontré clairement.

Si vous avez un potager en carré, vous pouvez disposer, lors du semis ou de la plantation,  cinq graines ou plants dans une même parcelle : un au centre et un à chaque angle.

Avant de déposer les graines dans le sol, faites-les tremper 24 heures dans de l’eau tiède. Cela permet d’accélérer la germination, qui est particulièrement lente. Ainsi, si au bout de quelques jours après le semis, vous ne voyez toujours pas de petite pousse apparaître, pas de panique ! Le persil met entre 2 et 4 semaines pour germer. Un peu de patience…

Le persil est une plante bisannuelle, ce qui signifie qu’il effectue son cycle de vie pendant deux ans. La première année, la plante pousse tranquillement, puis elle entre en dormance pendant l’hiver. La seconde année, elle monte en fleurs et finit par mourir.

L’entretien

Arrosage

Le persil n’est pas une plante gourmande en eau : il n’a besoin d’être arrosé que lors de sécheresse. Dans ce cas, il faut en revanche soigneusement et régulièrement lui apporter de l’eau.

Culture

Afin de fortifier le plant, vous pouvez ajouter, au pied du plant, un peu de compost ou d’azote bio en guise d’engrais en cours de culture.

Pour que l’eau de pluie pénètre dans la terre de manière plus efficace, il vous faudra biner soigneusement autour du plant. Cette opération permettra également d’aérer le sol, mais faites attention à ne pas blesser les vers de terre, alliés indispensables dans le potager. Afin que le persil puisse bénéficier de tous les nutriments présents dans le sol et puisse s’étaler dans toute sa parcelle, désherbez régulièrement autour du pied. Vous pouvez bien sûr laisser en place les “mauvaises herbes” un peu éloignées de l’aromate.

Lorsque les températures commencent à baisser, le persil peut se mettre en dormance pour passer l’hiver. Pour l’aider à survivre à la “mauvaise” saison, vous pouvez lui procurer une protection : une mini-serre si le plant est petit, ou une bâche spécifique prévue à cet effet pour le recouvrir.

Déposez un peu de paillis tout autour du persil afin de maintenir une température et une humidité optimale, quel que soit le mois.

La récolte et la conservation

La cueillette s’effectue au fur et à mesure des besoins, juste avant de cuisiner, pour que les feuilles soient le plus fraîches possibles. Vous pouvez effectuer une récolte plus importante avant les gelées, et dans ce cas congeler les feuilles pour pouvoir les utiliser en plein hiver par exemple.

Ma fiche pratique sur le persil