Accueil / Autour du potager / Test du kit Prêt à pousser (pleurotes gris)
kit-pret-a-pousser-pleurotes-gris-face-1

Test du kit Prêt à pousser (pleurotes gris)

Vous avez toujours rêvé de faire pousser de délicieux champignons mais n’avez pas la place ni la méthodologie ? Pas de panique ! J’ai la solution idéale pour vous… Je vous avais donné il y a quelques temps des conseils pour cultiver des shiitake, champignons de Paris et pleurotes avec du marc de café, une méthode qui fonctionne plutôt pas mal mais qui nécessite un peu de travail. Il existe une option bien moins compliquée. Il s’agit d’un kit vendu dans le but de faire pousser lesdits champignons. J’en ai testé un : le Prêt à pousser

Le principe

Au fond d’une boîte en carton en forme de pavé, a été déposé un sachet contenant du substrat (composé en partie de paille) et des pleurotes gris. L’objectif est de pulvériser régulièrement de l’eau sur le sachet pour déclencher le phénomène de développement des champignons. Ceux-ci grandissent hors de la boîte et peuvent être cueillis dès que le bon moment est arrivé.

Trois variétés de pleurotes sont disponibles : les pleurotes gris (19.90 euros), les roses (29.90 euros) et les jaunes (29.90 euros). Après les deux récoltes, on peut racheter une recharge, à 9.90 euros pour les gris et à 14.90 euros pour les roses et les jaunes.

kit-pret-a-pousser-avec-livret-et-pulverisateur

Mon test

Dans la partie supérieure de la boîte, se trouvent un petit mode d’emploi (avec trois recettes) et un petit pulvérisateur. Sur une des façades de la boîte, on détache un petit morceau de carton qui laisse apparaître le sachet contenant le substrat. Il suffit de faire une petite incision en forme de croix dans la fenêtre ainsi formée et d’y vaporiser un peu d’eau. Deux fois par jour (une seule peut suffire si on oublie), on répète l’opération (trois à quatre jets d’eau). La boîte doit simplement être à l’abri de la lumière directe du soleil (derrière un meuble la séparant d’une fenêtre par exemple).

les-pleurotes-pret-a-pousser-poussent

Trois petits jours après avoir ouvert ma boîte, de petites pousses pointaient déjà le bout de leur nez. Les jours suivants, chaque matin et chaque soir au retour du travail, les champignons avaient encore grandi. Dans le petit mode d’emploi, il est indiqué que les pleurotes peuvent mettre dix jours à croître. Pour nous, une semaine a suffi. Comme vous pouvez le constater sur les photos, les pleurotes se sont beaucoup développés, hors de leur carton, exhibant leur jolie corolle grise. Il ne nous reste plus qu’à les récolter !

cueillette-de-pleurotes-gris-pret-a-pousser

Mon ressenti

Les bénéfices de la culture de pleurotes Prêt à pousser sont multiples. Tout d’abord, et c’est un avantage pratique, les dimensions de la boîte sont contenues : un pavé de 26 cm de hauteur sur 23 cm de côté. Petit, le carton peut donc se poser dans un coin sans prendre trop de place. Mais il est suffisamment grand pour que l’on n’oublie pas pour autant de l’arroser chaque jour.

Le second avantage, qui n’est pas non plus négligeable, réside dans la rapidité. Une fois qu’ils ont commencé à se développer, les pleurotes poussent très vite. On peut presque les regarder grandir à l’oeil nu ! Ce qui est fort agréable et pédagogique pour les enfants, et réjouissant pour tout le monde… En plus, il s’agit d’un champignon très esthétique.

recolte-de-pleurotes-gris-pret-a-pousser

Un autre aspect positif de Prêt à pousser est qu’il s’agit de champignons bio, et que les kits sont fabriqués en France. Bons pour la santé, bons pour l’environnement, locaux, et excellents en goût…

Enfin, la facilité et la simplicité font des kits à pleurotes le moyen idéal pour faire pousser ces petits organismes sans avoir à se préoccuper de données comme le taux d’humidité ou la température. Il suffit de pulvériser de l’eau une ou deux fois par jour et de veiller à ce que la boîte ne reçoive pas directement de lumière solaire. Et d’attendre sagement que la nature fasse son œuvre.

L’un des deux seuls inconvénients que je pourrais trouver est le prix assez élevé, comparé à la première récolte obtenue et au prix au kilo des pleurotes dans le commerce. Le second est la lenteur de l’émergence de la seconde récolte : pour nous, il a fallut attendre presque trois semaines pour obtenir trois fois moins de champignons que la première fois.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*