Le désherbage thermique

Le scandale actuel du glyphosate met en avant les difficultés des agriculteurs à désherber tout en se passant au maximum de produits chimiques. L’utilisation, massive ou même occasionnelle, de ces substances pose un réel et sérieux problème de pollution des sols et peut s’avérer dangereuse tant pour les animaux (notamment les insectes utiles comme les abeilles) que pour les humains. La problématique existe également pour les particuliers.

Les jardiniers amateurs qui souhaitent exclure complètement les produits chimiques pour désherber peuvent faire le choix d’une culture de la terre plus raisonnée. La manière la plus simple consiste en un désherbage manuel. L’un des principaux inconvénients en est le caractère fortement chronophage, qui peut toutefois être atténué si l’opération s’effectue régulièrement, chaque jour ou presque. Le mal de dos constitue le second frein au désherbage manuel : les personnes réalisent en effet souvent cette tâche en se baissant de manière fort peu adaptée au confort de leur colonne vertébrale. On peut bien évidemment limiter cet effet négatif et très douloureux en pliant les genoux.

Il existe une troisième manière de désherber une parcelle de son jardin, qui ne soit ni chimique ni fastidieuse. Celle-ci réside dans un appareil appelé désherbeur thermique. Mais qu’est-ce donc ?

Principe du désherbage thermique

Le mode de fonctionnement du matériel est très simple : un choc thermique détruit les cellules des “mauvaises herbes”, que l’on peut également appeler “adventices” ou “plantes sauvages” et qui se dessèchent alors. Ce choc peut être créé par une flamme (dans le cas d’un désherbeur à gaz) ou par un courant électrique d’environ 600°C traversant une résistance. Le désherbage thermique convient en particulier pour les terrasses pavées, les allées et les bordures.

Avantages du désherbage thermique

Alors pourquoi faut-il acheter un désherbage thermique ? Voici une petite liste des nombreux points positifs :

  • Les points positifs du désherbage thermique sont nombreux. L’utilisation de l’appareil est rapide : il suffit, en effet, d’une ou deux secondes seulement pour que les dégâts sur le végétal soient irréversibles, notamment s’il s’agit d’une jeune pousse.
  • Le désherbage thermique est également bien plus écologique que l’emploi de produits chimiques, et donc bien moins nocif pour l’environnement, les animaux et les humains.
  • Le manche de la machine évite au jardinier de se courber, et donc d’avoir mal au dos à la fin de la journée.
  • Enfin, vous pouvez faire fonctionner l’appareil dans presque toutes les conditions météorologiques, en respectant certains principes bien sûr.

Inconvénients du désherbage thermique

Et côté point négatif, voici ce que l’on peut dire :

  • Le désherbage thermique ne présente cependant pas que des avantages.
  • Son usage doit être limité durant les périodes de sécheresse pour éviter tout risque d’incendie.
  • Certains appareils manquent de précision, et leur utilisation n’est pas adaptée aux potager ni aux massifs de fleurs : la possibilité que les légumes ou les aromates subissent une destruction, totale ou partielle, est trop importante.
  • Bien qu’il soit plus vert que des produits chimiques, le désherbage thermique utilise soit du gaz (du propane brûle donc) ou de l’électricité. L’aspect écologique n’est donc pas total.
  • Certaines plantes attaquées repoussent quelques jours plus tard : celles dont les racines sont particulièrement longues et tenaces. Vous devrez donc effectuer l’opération une nouvelle fois sur le chiendent, le pissenlit, la ronce et le lierre terrestre.
  • Lorsque l’on sème, toutes les graines ne germent pas. Certaines rentrent en sommeil et la chaleur les réveille parfois. Le déherbage thermique peut donc faire germer des semences de “mauvaises herbes” et donc avoir l’effet inverse de celui désiré.
  • La flamme ou le courant électrique fait éclater les cellules des plantes sur lesquelles l’embout est placé. Cependant, de minuscules animaux, comme des insectes ou des fourmis, peuvent se trouver à proximité et être donc tués par le choc thermique.
  • Enfin, la bouteille de gaz (propane ou butane) nécessite parfois l’utilisation d’un chariot tant elle est lourde : cela rend la manipulation de l’appareil assez peu pratique.

Informations pratiques

Les désherbeurs thermiques sont en vente à une fourchette de tarifs bien large, de quoi satisfaire toutes les bourses ! Vous trouverez sur internet ou en grande surface des appareils disponibles entre 20 et 200 euros. On peut trouver un brûleur thermique à résistance à partir de 60 euros.

Pour la version à gaz, la bonbonne ou cartouche est vendue séparément. Vous pourrez ajouter un chariot, voire un sac à dos pour atteindre les lieux difficiles. Il vous faudra alors y mettre le prix. Certaines marques sont à privilégier si vous souhaitez un produit qualitatif. Pour choisir le désherbeur thermique adapté à vos besoin, rendez-vous sur ce site :
http://www.desherbeur-thermique.eu.

Le désherbage thermique est donc un moyen de se débarrasser des plantes sauvages indésirables dans son jardin, bien plus écologique que les produits chimiques, et bien moins chronophage que le désherbage manuelle. Il existe, cependant, d’autres méthodes pour débroussailler : vous pouvez verser de l’eau bouillante sur les bordures, les pieds de murs et les pavés. N’oublions cependant pas le principe de la permaculture, dont les bénéfices ne sont pas négligeables : éviter de désherber dans les zones de culture.