Accueil / Guide pratique potager / Nuisibles et défense

Nuisibles et défense

Cultiver un potager ne consiste pas seulement à semer, planter et attendre sagement que les légumes poussent. Il vous faudra prendre en compte de multiples éléments. Dans l’ombre, les nuisibles rôdent. Ils constituent les menaces majeures qui pèsent sur le potager, avec les maladies et les aléas climatiques. Découvrez quels sont les principaux animaux ennemis de votre potager et les différentes manières de lutter efficacement contre ces fléaux.

Les ennemis

Outre les diverses maladies qui peuvent sévir, la très grande majorité de vos adversaires animaux dans le potager sont tout petits : des insectes ou des gastéropodes, qui dévorent goulûment des tonnes de feuilles, de tiges, de racines et de fruits. Leurs dégâts ne sont pas toujours fonction de leur taille.

Puceron

Minuscule insecte, le puceron est un nuisible très commun dans l’ensemble du jardin, et notamment dans le potager. Il s’attaque aux feuilles, qu’il ravage à force de les manger. Vert, marron, brun, jaune, il mesure moins de 5mm mais est dévastateur. Et, comme il est protégé par la fourmi, il vous faudra également limiter la présence de celle-ci.

Escargot et limace

Les deux mollusques, qui se cachent pendant l’hiver et les périodes de sécheresse, aiment sortir festoyer lors de fortes pluies et pendant la belle saison. Leur restaurant préféré ? Votre potager. Leur menu de prédilection se compose de jeunes et croquantes feuilles de laitue et de chou, et de fanes de carotte et de céleri.

Chenille

Toutes les chenilles ne deviendront pas de jolis et gracieux papillons. Mais elles ont un solide appétit, et certaines espèces ont jeté leur dévolu sur des végétaux délicieux du potager : les feuilles de nombreux légumes, notamment les choux, sont régulièrement dévorées avec voracité, seules les nervures témoignent du feuillage disparu.

Mouche

Plus petite encore que la chenille et les mollusques, la mouche est bien plus vile. Les trois premiers nuisibles sont visibles, sur les feuilles ou les tiges, et, mis à part les pucerons, peuvent être éliminés à la main. En revanche, la mouche se terre dans le sol, et grignote discrètement les racines, les collets, les turions et les bulbes.

 

Méthodes de lutte

Fort heureusement, les moyens de se prémunir des nuisibles sont nombreux et ne se limitent pas au ramassage manuel des indésirables et à leur lancement à l’autre bout du jardin.

Insecticides bio

Une solution simple et facile consiste en l’épandage de produits insecticides directement sur la base de la plante ou sur les feuilles. Je déconseille formellement l’utilisation de substances chimiques, non bio, qui serait une catastrophe pour l’écosystème et source de pollution. Vous pouvez trouver en jardinerie des bouteilles, paquets ou flacons qui vous aideront à lutter contre les nuisibles de manière naturellement et sans impact sur l’environnement.

Cabane à insectes

Pour vous débarrasser des nuisibles, vous pouvez vous arranger pour qu’ils finissent dans l’estomac d’un de leurs prédateurs. Certains indésirables du potager, par exemple les pucerons, sont des proies de choix pour certains insectes, notamment les coccinelles. Si vous avez un peu de place dans votre jardin et que vous vous sentez bricoleur, vous avez la possibilité de construire un hôtel à insectes et de le fixer à proximité de vos légumes. Vous avez également l’option d’en acquérir un directement en jardinerie. Quoi de plus naturel que de profiter de la chaîne alimentaire !

Coccinelle

Dévoreuse de pucerons bien connue, la petite bête à pois est l’allié parfait dans votre jardin. Vous pouvez attendre de trouver une coccinelle et la déposer délicatement devant une colonie de pucerons pour qu’elle s’en régale. Elle pourra aussi trouver refuge dans la maison à insectes que vous aurez installée. Si vous pensez que la venue de coccinelles est trop aléatoire, la solution peut consister en l’achat en jardinerie.

Hérisson

Un des prédateurs les plus efficaces (et les plus mignons !) des gastéropodes est le hérisson. Animal nocturne, il est souvent difficilement observable, et sa présence souvent ignorée. Pour forcer un peu le destin, vous pouvez fabriquer vous-même un abri pour ces petits mammifères, ou en acheter dans le commerce.