Accueil / Guide pratique potager / Nuisibles et défense / La coccinelle, un allié du potager

La coccinelle, un allié du potager

Qu’est-ce qu’une coccinelle ?

La coccinelle, outre une voiture allemande, est un petit insecte souvent rouge à pois noirs, qui se balade dans le jardin et qui volète de plante en plante. L’espèce la plus commune en France a sept points noirs sur le dos, les autres peuvent en avoir 2, 5, 10, 14, 22 ou 24.

Depuis un siècle, une espèce de coccinelle, venue d’Asie, a peu à peu envahi l’Europe, surtout depuis une trentaine d’années. Elle a été classée dans la catégorie des nuisibles envahissants récemment, en raison de sa gloutonnerie excessive. Certains individus sont facilement identifiables : noirs aux points rouges ou jaunes aux points noirs. La reconnaissance des autres est plus épineuse : rouges aux points noirs, comme les coccinelles communes. Le péril que cette espèce représente repose sur le fait qu’elle dévore la première, qui est déjà en danger à cause des insecticides que certains agriculteurs et industriels déversent sur les champs et qui empoisonnent ces petits coléoptères pourtant bien précieux pour la nature.

Les bénéfices de la coccinelle pour le jardin potager

La coccinelle commune est un auxiliaire très utile dans l’ensemble du jardin, et notamment dans le potager. Son intérêt principal ? Elle dévore avec appétit les pucerons, lors de deux de ses quatre stades de développement, et également certaines espèces de cochenilles, qui sont de minuscules insectes souvent utilisés comme colorants en industrie agroalimentaire. La coccinelle asiatique a peu ou prou le même régime alimentaire, auquel elles ajoutent des psylles, les coccinelles dites autochtones, des fruits, voire d’autres coccinelles asiatiques. Certaines croquent même des végétaux, des champignons ou des acariens.

L’une des menaces qui pèsent sur les coccinelles est l’activité humaine et les produits chimiques toxiques pour elles toujours fréquemment utilisés. Elles peuvent aussi être tuées par un autre insecte : la fourmi. Celle-ci élève des pucerons pour prélever et déguster leur miellat : cette substance, qu’elle récupère délicatement sur l’arrière-train de l’insecte, est riche en nutriments. La commère de la cigale défend son garde-manger sur pattes contre les attaques de la coccinelle, que celle-ci soit à l’état de larve ou sous sa forme adulte. Mais ce n’est que sous ce second état que le petit insecte à pois peut se protéger et surtout s’envoler : la larve n’a pas d’aile.

Cette caractéristique physique empêche la jeune bête de s’éloigner de l’endroit où elle est sortie de son œuf. La maman coccinelle s’applique donc à choisir comme lieu de ponte une feuille particulièrement infestée de pucerons pour que ses rejetons ne manquent pas de nourriture.

Comment attirer la coccinelle ?

Ces feuilles peuvent appartenir à des arbres, mais également à des végétaux du potager. Les légumes très souvent envahis par les pucerons sont nombreux : on compte l’artichaut, le poivron, l’aubergine, le chou, l’oseille, mais également la pomme de terre, la tomate, le melon, la laitue, l’épinard, la carotte, la fève, la betterave, la courgette et le haricot ! Parfois, la tige disparaît complètement derrière les colonies. Et pour se débarrasser de ces vilaines bêtes, rien de mieux qu’une petite coccinelle gourmande ! Si vous en trouvez une qui atterrit sagement sur votre épaule, vous pourrez la faire monter sur votre doigt et la déposer, délicatement, sur une feuille pleine de pucerons.

Mais cette trouvaille est bien aléatoire… Une solution plus active peut consister en l’achat de coccinelles en jardinerie : pour une quinzaine d’euros seulement, une petite boîte contenant moult insectes à pois, à l’état d’œufs, de larves ou d’adultes vous sera expédiée directement à votre domicile. Il ne vous restera plus qu’amener vos nouveaux protégés festoyer sur les feuilles choisies et ainsi nettoyer vos légumes.

Si vous vous sentez d’une âme de bricoleur, ou si vous connaissez une personne qui aime bien construire et qui soit douée, vous pouvez toujours fabriquer un petit abri à insectes. Ces hôtels en bois ne nécessitent pas excessivement de temps pour être bâtis, il suffit de savoir quels animaux (outre les coccinelles) vous souhaitez attirer, de réunir les éléments constitutifs de la maison, de dessiner le plan du refuge, et de suivre les conseils de mon article sur le sujet. Pensez également à installer votre hôtel à insectes auprès de plantes qui fleurissent dès la fin de l’hiver, certains de vos protégés auront besoin de pollen et de nectar à l’arrivée du printemps.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*